Introduction

La belle région de Nieul et ses environs révèle de très nombreux trésors, vestiges d’un fier passé.

Au détour des rivières, des monts et des villages, des châteaux apparaissent à nos yeux.
De la vaste demeure à la maison de maître, en passant par certaines ruines, l’architecture limousine nous dévoile tout son talent.
Mais comme déjà dit en page d’accueil, vous n’y trouverez pas de monuments « grandioses », mais de petits châteaux sans prétention qui s’insèrent dans le paysage et dont certains ont des parties remarquables.

Des plus anciens aux plus récents, Mémoire de Nieul et Alentours vous en propose un diaporama non exhaustif.

En général, les premières constructions seigneuriales sont des tours de bois, édifiées pour la défense et dont l’emplacement ne correspond pas toujours à celui du château construit en pierres qui suivra.

Les plus importants possédaient en leur sein, une garnison, un hôpital, une prison…, qui vont disparaître au cours des siècles.

Certains des seigneurs et maîtres de ces édifices sont chevau-légers, ou gardes du corps du roi, régiments prestigieux.

D’autres s’adonnent au plaisir de l’écriture : poésie, morale, satire, traités d’agriculture…

Pour les militaires, en dehors des périodes de conflits et de leur service qui les conduit auprès du roi, ils passent leur congé auprès de leur famille dans leur petit château limousin dont l’état laisse parfois à désirer.

Notons encore que certaines de nos demeures ont été embellies par des parcs dont la conception a pu être confiée à La Quintynie, que les Anglais disputaient à Louis XIV ; et plus près de nous, à l’architecte paysagiste Laurent de Limoges.