Introduction

Photo Phillipe Rivière pour l’Inventaire Général des Monuments et des Richesses Artistiques de France, 1994, Canton de Nieul, Haute-Vienne, p.27

Le château de Chavaignac

L’année 1848 reste un repère essentiel pour l’agriculture française : le 3 octobre, un décret organise l’enseignement agricole qui doit être dispensé dans des établissements spécialisés. Cette disposition doit rendre possible la modernisation de l’agriculture et par conséquent la satisfaction des besoins nouveaux du pays ainsi que l’enrichissement des agriculteurs.

Dès 1820, un premier projet est présenté au Conseil général de la Haute-Vienne. Il est repris en 1832-33 et ne peut aboutir.

Cependant, l’idée de ferme modèle restera présente dans les esprits au cours des décennies suivantes. Mais le projet évoluera : de fermes modèles destinées à faire connaître des expériences intéressantes à des propriétaires éclairés, on passera aux fermes-écoles destinées à de jeunes ruraux capables de s’initier à des techniques nouvelles et de les utiliser avec profit à la fin de leur scolarité.

La difficulté touchait à la désignation du domaine agricole qui en serait le support, et au choix du directeur, éventuellement propriétaire de ce domaine. Ces deux objectifs ne rendaient pas la tâche aisée.

De nombreux renseignements étaient demandés aux propriétaires candidats, aux Sociétés d’agriculture, comme l’attestent les archives préfectorales. Ainsi la société d’agriculture sciences et arts de la Haute-Vienne a-t-elle été consultée par le préfet (2 août 1843) sur le principe de la création d’un tel établissement.

Plusieurs propriétaires étant sur les rangs, ce sera finalement M. Adolphe de Bruchard et son domicile de Chavaignac (sur la commune de Peyrilhac) qui seront choisis.

L’arrêté du 22 décembre 1847 stipule que l’établissement est destiné à former de bons chefs de culture, contremaîtres ruraux, en un mot des agents éclairés, propres à hâter le progrès de l’agriculture locale.