Le poste émetteur de Nieul

Le poste émetteur de Limoges-Nieul est le dernier des postes émetteurs régionaux du plan du Général Ferrié à avoir été construit. Véritable « Cathédrale des temps modernes », Il représentait une puissance de 120kw. Cette puissance permettait d’émettre à l’étranger.

On estimait la puissance totale du réseau des émetteurs publics et privés sur le territoire français à 2250 Kw dont 1580Kw pour le réseau d’Etat qui dépendait de l’administration des PTT  jusqu’au décret du 29/7/1939 qui institua la radio sous le nom de « Administration de la Radiodiffusion Nationale »(ARN).

Le dimanche 12 février 1939 eut lieu la cérémonie de la pose de la 1ère pierre en présence du Maire de Nieul, Monsieur Emile Foussat et sous la présidence du Ministre des Postes, Télégraphes et Téléphones (PTT) Monsieur Jules Julien.(Un enregistrement sonore est toujours disponible dans les archives de l’INA.histoire de la radio http://ina.fr).

L’émetteur de Limoges-Nieul a été le seul en France à être debout à la libération. Jean Guignebert nommé par De Gaulle fin octobre 44 Directeur Général de la Radiodiffusion Nationale Française fait une émission particulièrement élogieuse à ce sujet pour Marcel Villate et le personnel du Centre qui l’a permis.(à ce jour nous ne retrouvons pas le texte).

Le 2 septembre 2014 sur France Culture Histoire, rediffusion d’une émission anniversaire de la libération des ondes où il était question des différentes régions radiophoniques. Limoges-Nieul y était bien signalée comme étant la seule station de grande puissance à être debout au départ des occupants mais sans commentaire. Or nous avons un devoir de mémoire envers ce poste émetteur.

Evolution technique au poste émetteur Limoges-Nieul :

Voila comment on nous décrit l’intérieur du poste émetteur dans les années 1960 :

« …au rez de chaussée, des redresseurs à vapeur de 1m50 de haut, sous une haute tension à 12000 volts munis de 6 bras anodiques et des dynamos à 3000v. Ces redresseurs émettent une lueur bleue ; au creux de la cathode, en bas, à la surface du mercure, zigzaguait en tout sens la « tâche cathodique » d’une brillance insoutenable. Au 1er étage, une forêt de gros ballons métalliques, échangeurs entre l’eau distillée de refroidissement des amplificateurs du 4 ème étage et l’eau brute à qui elle cédait ses calories par de multiples et gracieux jets d’eau qui retombaient à la surface dans un bassin extérieur. Au 2ème étage d’énormes serpentins en porcelaine qui montent vers le 4 ème étage et la ligne de fuite électrique dans des colonnes d’eau distillée. Là haut l’eau arrive au contact des anodes des amplificateurs au potentiel de 12 000 volts. Au 3ème ce sont des appareillages plus classiques en ébonite noire et un nouvel émetteur de 20 Kw plus moderne, plus « rassemblé ».

En 1973 : une armoire placée au 4 ème étage suffit pour assurer la diffusion de « Radio bleue »(la radio des séniors) sur ondes moyennes.

En 1999 : Limoges- Nieul a cessé d’émettre. Le pylône de 200m a été démonté. L’immense bâtiment désaffecté est mis en vente.

Avec le poste émetteur de Nieul nous rejoignions la grande histoire de la Radio. Nous pourrions la résumer par : »de la lampe à la parole » après lecture du livre de Michel Amoudry : « Le Général Ferrié et la Naissance des Transmissions et de la Radiodiffusion » chez PUG (presse universitaire de Grenoble). Nous vous en donnerons quelques extraits ; on y redécouvre l’histoire du Titanic et comment la tour Eiffel a été sauvée de la destruction par la radio…(voir sur http://ina.fr un film sur ce général : « De la galène au radar« ).

Eléments de cette histoire :

10 mars 1876 (Il y a 140 ans ) : L’anglais Bell réussit pour la 1ère fois à transmettre à distance sa voix. Le téléphone a été précédé par un appareil artisanal nommé « vibraphone ».

1888 : L’anglais Operlin Smith transpose des sons en signaux magnétiques sur un fil électrique.

1851-1940 : Olivier Lodge transmet des signaux morses par ondes radio sur 150 m. Marconi (1874-1937) reprendra ses expériences. Il transmet un signal sur 2000m en 1895.

1901 : un SOS en signal morse est transmis sans fil de Poldhu (Cornouailles) au Cap Cod ( Terre Neuve). (transmissions par ondes électromagnétiques).

NB : l’onde radio est une onde electro-magnétique dont la fréquence est inférieure à 300 Ghz. A la veille de la 2 ème guerre mondiale, on dispose de lampes amplificatrices et de bandes magnétiques (support plastique recouvert d’oxyde de fer).

La transmission de la parole :

En 1898 Marconi transmet des informations pour la presse lors d’une régate à Kingstown (près de Dublin) jusqu’à Wimereux (côte normande).

1ère transmission avec l’Angleterre. Une commission interministérielle est dépéchée à Wimereux pour suivre les expérimentations de Marconi. Le Général Férrié est présent et construit des maquettes pour comprendre ces expériences..Le 21 avril 1899 venant d’Angleterre, l’IBIS débarque à Boulogne une délégation qui vient les rejoindre à Wimereux. Des mâts de 22 m et 31m étaient installés sur le bateau l’Ibis.(rapport du 22/04/1899 : » les signaux roadioélectriques ont franchis sans peine les 46 kms. »).Comme le constate le journaliste de l’Illustration :
 » Ce mât échange avec un autre mât semblable planté sur la côte anglaise à 50 kms de là des signaux, des télégrammes qui s’envolent en liberté, invisibles et qui à peine partis sont déjà au bout ».(phare de South Fireland près de Douvres).

Après ces succès le ministre de la Guerre et de la Marine décide de développer ce qu’on appelle la TSFF ou télégraphie sans fil française.

Les installations se feront dans des phares, des ballons aérostatiques (avec des antennes pouvant atteindre 200 m de long), des avions…

1902 : c’est la catastrophe du Mont Pelé ; une éruption volcanique qui fait 30000 morts et provoque l’isolement de la Martinique, occasion pour mettre en service ces nouvelles découvertes.

Revenons au Général Ferrié, »l’homme par qui la radio est arrivée ».

II établit sur terre de collines à collines des liaisons entre postes TSF sur des distances de 150 kms.

Après une application de cette technique au service des mouvements de l’armée durant la guerre de 14 (de nombreux pilotes ont remercié l’homme qui leur avait sauvé la vie en leur communiquant à temps des informations essentielles ; la tour Eiffel communiquait avec les 1ères lignes de front, Verdun…), Juste après 1918, le Général Férrié a mis au service des civils une technique et du matériel mis en place sur la Tour Eiffel de Paris et le Champ de Mars pour l’armée. L’objectif était généreux et visait à sortir les personnes de leur isolement et à aider les agriculteurs et l’industrie en leur communiquant des informations sur la météo ou sur les cours de la bourse ainsi que l’heure.

ex : Gaby Morlay,chanteuse en vogue de l’époque à « radiola » fut un des premiers programmes qui comportaient aussi des causeries, conférences,concerts, des annonces météo.

Nouvelle et actuelle innovation :

La RNT(radio numérique terrestre ; comme on dit TNT pour la télévision) arrive déjà dans certaines villes (Lille, Lyon, Toulouse). Il faudra attendre 2022 pour Limoges et alentours…

liens :http://www.defense.gouv.fr

http://www.cite-telecoms.com

http://www2.espaceferrie.fr

Articles à venir

Les radio-amateurs :

Programme causeries 1950 – 1973 par Henri Pouret avec l’aimable autorisation de Mme Christine Pouret, sa fille.

Bibliographie :

– Bulletin des retraités de l’ORTF de 2000.

– Archives personnelles de Mme Solange Vincent.

– Le Général Ferrié et la naissance des transmissions et de la radiodiffusion.par Michel Amoudry chez PUG.