Les Lèzes, commune de Nantiat

Chateau des Lezes, Nantiat. Photo, collection privée

Chateau des Lezes, Nantiat

Le château est bâti sur une butte, et domine une vallée. Les trois châteaux : Les Lèzes, Montaurand et Thouron ont la spécificité est d’être bâtis sur une zone restreinte. Les Lèzes sont situés à 1km de Moutaurand, 3km de Thouron et à 2,5 km de Nantiat. Cette agglomération n’est certainement pas fortuite et avait sans doute un but défensif.

Si la 1ère mention date de la fin du XIIIème siècle, il semble, à la vue des vestiges d’une chapelle, que la construction pourrait avoir été édifiée dès le XIIème siècle. Une datation précise est difficile car de profonds remaniements ont été effectués du XVIème au XXème siècle.
La façade nord, remaniée, fait office d’entrée principale. Deux fenêtres entourent une vaste porte du XVIIème siècle au rez-de-chaussée. Manifestement deux autres portes agrémentaient la façade avant d’être murées.
Au premier étage nous comptons cinq fenêtres hautes, le deuxième étage est, quant à lui, mansardé et possède trois fenêtres. On y aperçoit cinq gargouilles, évidées à l’extrémité, qui ressemblent à des fûts de canons d’autrefois.
Une terrasse s’étend devant la façade. Elle est agrémentée d’une vasque de forme arrondie, vide d’eau. A quelques mètres se trouvent les vestiges de la chapelle du XIIème siècle auxquels s’adaptent de solides contreforts.
La façade sud date du XVIème siècle et possède elle aussi une terrasse avoisinant le parc, en contrebas avec la terrasse nord. Elle est plantée d’une douzaine de tilleuls et aboutit au perron du château, comprenant un escalier de pierres avec une double rampe bordée de balustres de granit. Une porte dont la partie supérieure est en anse de panier s’ouvre sur ce perron. Au milieu du linteau figure une volute en S et l’encadrement de la même porte présente des cannelures datant de la Renaissance.
Au dessus de la balustrade du perron nous trouvons des traces d’une cavité octogonale actuellement murée, directement implantée dans la maçonnerie.
On compte autant de fenêtres que sur la façade nord. Le dernier étage possède lui aussi des gargouilles (trois) semblables à celles de la façade nord.
Les murs de la façade ouest donnent sur un terrain en contrebas. Les assises massives sont élargies à la base. Il existe, non loin, un bassin de pierre, également vide.

Chateau des Lezes, Nantiat. Photo ancienne, collection privée

Chateau des Lezes, Nantiat

Deux fenêtres au premier et second étage sont visibles. Les premières possèdent des linteaux caractéristiques du XVIIIe siècle.
Enfin, la façade Est est cachée par un bâtiment moderne accolé. Si on entre par la porte nord du château, on trouve un beau vestibule avec un imposant escalier de granit qui prend à droite de l’entrée et par deux colonnes de soutènement dont les chapiteaux sont décorés d’oves. La rampe de l’escalier est formée de balustres, recouverts de plaques, qui donnent sur le vestibule, datant du XVIème siècle. L’une d’elles s’ouvre au centre sur un couloir conduisant à la sortie côté sud.
Quelques pièces du rez-de-chaussée ont des meubles datant d’avant le XIXème siècle et de belles cheminées, ornées d’une salamandre rappelant François 1er.

Chateau des Lezes, Nantiat. Photo ancienne, collection privée

Rez-de-Chaussée, Les Lezes, Nantiat

Les pièces du premier et deuxième étage ont été entièrement changées par l’aménagement de dortoirs (cet édifice ayant servi de colonie de vacances).

Chateau des Lezes, Nantiat. Photo ancienne, collection privée

1er étage, Les Lezes, Nantiat

L’épaisseur de certains murs internes peut étonner. Ils servent au maintien de la charpente et de sa toiture, qui sont somme toute très lourdes.

A la famille Sautier, succède celle des Foucaud-Faulcon, importante lignée, réputée pour sa richesse et ses nombreuses possessions. Ils sont nommés seigneurs de Laron, L’Âge, Thouron, Puymenier, Chamborand, Lèzes, Lermont, Boysse, Garreau, Jourhnac, Couperies, Linards… et barons de Saint-Pardoux.

Cette famille possède plusieurs branches : Saint-Pardoux, les Lèzes, Lermont, Boysse, Thouron, etGarreau. Antoine Foucaud-Faulcon est à l’origine de la branche des Lèzes. Cette famille va posséder le domaine jusqu’au XVIIIème siècle. A partir de là, plusieurs propriétaires vont se succéder : Buisson, Georges Gustave Adet, dont le gendre revendit la demeure à une société, qui la céda elle-même à la commune de Villejuif, qui en fit une colonie de vacances. A cette occasion de profonds bouleversements transformèrent l’intérieur : les pièces des étages furent aménagées en dortoirs. Aujourd’hui, les Lèzes sont une propriété privée.

Source : Le château des Lèzes et le Château de Montaurand, article d’Ernest VINCENT, ADHV, cote BIBI/J 281.