Un autre exemple : le livre de raison de Jeanne Boyol

Le livre de cette femme ne comporte que deux pages, qui relatent les faits qui se sont déroulés entre 1587 et 1594. Jeanne Boyol a mis par écrit les évènements les plus significatifs de sa vie : fiançailles, mariage, décès de son époux, naissance de ses enfants. Elle n’évoque ni ses parents, ni ses beaux-parents.

Ses notes sont très précises, car pour chaque évènement retranscris, elle note la date complète et l’heure. La plupart ont été rédigées à peine quelques mois après chacun des évènements relatés. Ecrites sans commentaires, Jeanne Boyol a semble-t-il voulu consigner par écrit que les étapes les plus marquantes de sa vie conjugale, puisqu’elles s’étalent de 1587 (ses fiançailles) à 1591 (mort de son époux).

Jeanne Boyol nous laisse l’image d’une femme instruite et discrète, sensible, aimante et pieuse. La précision de ses écrits et l’attention qu’elle porte aux dates indiquent, comme son style, une éducation soignée.

Il est bon de noter que Jeanne Boyol et son époux Jean de Villelume ont retenu l’attention de quelques historiens de la région.

Les notes familiales de Jeanne BOYOL sont conservées dans les archives du château de Losmonerie ; elles ont été publiées par l’ Abbé Lecler, dans Livres de Raison, Registres de famille Limousins et Marchois, p. 221 et par fragments dans l’étude du comte Henri de VILLELUME, Une Famille Royaliste au Temps de la Ligue et des Rebellions contre le Gouvernement de Louis XIII.

Liste des vingt-et-un membres de la Maison de Villelume reçus dans l’Ordre de Saint Jean-de-Jérusalem dit de Malte, communication de Aymeric de Villelume, in www.geneawiki.com.