Les moulins de Nieul

Moulin La Fabrique

Il est situé sur la Glane.

Moulin de la Filature, collection privée.

Moulin de la Filature, collection privée.

 

– 1844, c’est une filature de laine, possédant une roue à aubes, un métier à filer, 4 autres mécaniques. Elle emploie 5 hommes, 2 femmes et 5 enfants. Elle produit 4500 kg de laine filée par an. M. Quinque en est le fermier et M. du Boucheron le propriétaire.

Elle a été déclarée au cadastre en 1860 comme construction nouvelle.

– 9 octobre 1847, l’usine est dite carderie avec métiers à filer et à tisser, foulonnerie, presse hydraulique pour le cidre, est à louer pour 1 000 francs annuels.

– en 1941, turbine, métiers à carder et à filer, dynamo de 120 volts, accumulateurs sont présents.

Il existait un autre bâtiment qui servait de pressoir à huile et à cidre.

 

 


Moulin de la BondadePuymaud.

Il était dit sous l’étang.

– 20 mai 1676, Martial Moulinier de Puymaud donne en échange à Antoine Foussat, meunier au moulin de la Bondade, paroisse de Nieul « passage de moulin lui appartenant, mais en ruines, appelé autrefois de Puymaud avec son écluse en ruines avec les appartenances autour du plassage ».

– 20 mars 1724, état des restes d’une « peyrade » (chaussée déversoir) située dans le lit de la Glane à 30 pieds (9.75m) au dessous du moulin et à 10 pieds (3.25m) du trop plein de l’étang. Etat fait à la requête du seigneur Texandier de Losmonerie, baron de Nieul, contre Moulinier de Puymaud, qui avait fait faire cette peyrade vers 1704 pour irriguer son pacage, alors que l’étang et le moulin étaient vacants, la chaussée ayant été emportée par une crue de la Glane.

Il reste quelques traces de ce moulin.

Moulin de La Poitevine

Il est situé sur la Glane.

Moulin de la Poitevine, carte postale ancienne, collection privée.

Moulin de la Poitevine, carte postale ancienne, collection privée.

– 20 juin 1834, à vendre plusieurs domaines, 4 petits étangs, le moulin de la Poitevine au bord de la route de Limoges/ Poitiers. Bachellerie, propriétaire.

– 1844, à farine, 5 paires de meules, 6 hommes, 1 femme, 7 chevaux de trait, 105 tonnes de froment et 20 tonnes de seigle moulus cette année. Tarneau fils aîné.

– 2 juin 1852, le moulin a été réglementé. Le procès-verbal de visite mentionne une roue à augets de 3.3 mètres de diamètre, 0.75 de large, 32 augets.

Le canal est long de 1 444.5 mètres.

Pressoir à cidre en 1924. Couty Martial.

– 1936, contingent : 3 122 quintaux de froment, une meule, 4 cylindres, peut moudre 20 quintaux par 24 heures. Durieux propriétaire.

Une turbine a remplacé la roue à augets. A eu une machine à vapeur de secours. En état de marche. Activité arrêtée en 2008.

– 1808, le plan cadastral montre un moulin à 150 mètres en amont du moulin actuel au numéro 495 bis A2. C’est probablement ce moulin dit de la Poitevine qui est mentionné le 19 mars 1709 dans le registre paroissial de Nieul.

Moulin dit « Sous le château »

Il était vraisemblablement sous la chaussée de l’étang, sur le ruisseau de Frégefond.

– 15 mars 1535, Marin de Montchenu, sénéchal du Limousin et Antoinette de Pontbriant, sa femme, achètent à Simon Descoutures, notaire et Martiale Nogier, sa femme, le moulin situé sous le château de Nieul.

– 1808, sur le cadastre, le numéro 285 D 1 semble correspondre à l’étang, aujourd’hui à sec. Il faisait 1.3853 hectares et était situé au nord du château.

Moulin de la Roche

Il est situé sur le ruisseau de Frégefond.

Moulin de La Roche, carte postale ancienne, collection privée.

Moulin de La Roche, carte postale ancienne, collection privée.

– 1311, jeudi après la Saint André, Jourdain Vigier et Aélis, sa femme, vendent pour 10 livres à l’évêque de Limoges, la rente de 15 sols qu’ils ont sur l’étang et le moulin de la Roche, qui furent de Gaufred de Pleychat.

– 1320, dimanche avant Noël, Pierre et Aymeric de Pleychat, fils de feu Aymeric et Geoffroy leur oncle, vendent pour 92 livres à l’évêque, la rente de 60 sols qu’ils ont sur le moulin et l’étang.

-1328, reconnaissance et hommage à l’évêque par Aymeric de Pleychat pour l’étang et le moulin excepté la part qu’a le curé de Nieul sur l’étang.

– 20 septembre 1443, bail à cens par l’évêque à Pierre Nogier du bourg de Nieul, moyennant 25 setiers de seigle, 5 sols. Rétablira le moulin, pourra prendre le bois et conduire ses cochons dans la forêt de Vaulevrier. Lupi Notaire.

– 30 mai 1535, Simon Descoutures et autres vendent pour 60 livres à Marin de Montchenu, Sénéchal du Limousin, le moulin sous l’étang de la Roche.

– 18 octobre 1564, les rentes sur l’étang et le moulin avaient été aliénées comme biens ecclésiastiques à François et Pierre de Roulhac, marchands de limoges. Ils les remettent à l’évêque qui leur rembourse 678 livres.

– 5 octobre 1637, Martial Moulinier de Puymaud donne à bail pour 5 ans à Jean Dintras, meunier, le moulin à 2 meules moyennant 50 setiers seigle portables à Puymaud, 6 douzaines d’oeufs, 6 poulets. Chapeveyre notaire.

– 7 mai 1785, bail pour sept ans par Henry-Jérémie Martin, seigneur de Puymaud, négociant de Limoges rue Pont-Hérisson, à Michel Moreau, meunier au moulin de la Roche, paroisse de Nieul et du moulin de la Roche, comprenant deux meules à seigle et une meule à chanvre et une à huile « avec une barre de fer servant à lever les meules », jardin, pré, etc… Prix 230 livres et trois paires de poulets.

Le seigneur de Puymaud, possédant le moulin et l’étang de La Roche signale « l’empoissonnement des Etangs de Puymaud en l’année 1778 » : « on a mis dans l’Etang de Roche, paroisse de Nieul, nourrins de carpes, tanches, carpes mères ou soumères, quelques brotechons ».

– 1808, cadastre, parcelle 201 D1 de 4.6084 hectares de surfaces.

Moulin à farine en 1914.

Moulin de la Roche, collection privée

Moulin de la Roche, collection privée

Moulin des Costes ou des Mites

Il est situé sur le ruisseau de Frégefond.

– 24 janvier 1746, bail par Donzeau Noël à Léonard Bessaguet, 60 livres. Bardy notaire. Les Bessaguet l’exploitaient encore le 20 décembre 1764.

Il est présent sur le cadastre de 1808, mais disparu aujourd’hui.

Moulin de Valette

Il est situé sur le ruisseau de Frégefond.

– 3 janvier 1709, bail par mathieu Moulinier de Beauvais à Jean ragon, meunier au dit moulin. Chapeveyre notaire.

– 10 octobre 1782, bail par le seigneur de la Mothe, chevau-léger, à Martial Grand, meunier, dudit moulin, tournat et virant, pour 9 ans. Lavergne notaire à Cieux.

– 1er juillet 1787, Ardant notaire. Bail pour cinq ans par Gabriel Juge, avocat en parlement à Limoges, à Léonard Thoumieux, meunier, du moulin vieux des Cottes, situé au village de Sourue, paroisse de Nieul, consistant en deux meules, une à seigle et l’autre à blé noir, avec dépendances, moyennant le prix de 160 livres et la redevance de quatre paires de gros poulets et de huit douzaines d’oeufs.

– 1808, sur le cadastre.

– 1834, le moulin a été démoli. Ruines présentes en 1925.

Moulin du Bost

Il est situé sur le ruisseau de Frégéfond. Il est mitoyen des communes de Couzeix et de Nieul.

Il est présent sur l’état de section de Couzeix de 1825.

Il restait, encore en 1983, la prise d’eau qui servait à l’irrigation.

 

Source : 

Esquisse d’une histoire des moulins des 7 paroisses devenues Canton de Nieul, collectif Mémoire du canton de Nieul et Fernand Gaudy, fascicule, 2000, pages 9, 10, 12, 13.